#21 – Des couches lavables pour bébé !

Des économies pour la planète

Chaque année, 20 milliards de couches jetables sont vendues dans le monde, soit 635 chaque seconde. En France, c’est 3 milliards de couches qui génèrent 750 000 tonnes de déchets non recyclables, soit 3% des ordures ménagères collectées qui finiront en incinération ou en enfouissement.

1 couche jetable = 1 verre de pétrole brut !

Faites en cellulose et plastique, leur fabrication nécessite des ingrédients toxiques, qui se retrouvent directement en contact avec la peau de bébé. On y retrouve des traces de dioxines et de pesticides, des cancérigènes probables. Le magazine 60 millions de consommateurs publiait en septembre dernier son analyse pour faire le point.

Des économies pour le porte-monnaie

Rien qu’à Lyon, la collecte et le traitement des couches jetables aurait coûté environ 3,6 millions d’euros aux contribuables en 2016.

On estime qu’un bébé utilisera en moyenne 4 500 couches, au prix moyen constaté de 30 centimes l’unité,  cela représente un montant de 1 350€ pour près d’1 tonne de déchets!

Passer aux couches lavables peut vous permettre une économie allant jusqu’à 1 110€ pour votre 1er enfant et 1 350€ pour chaque petit frère et/ou sœur 🙂

Les Petits Calculs (Savants)
Infographie #21 (1)

Calcul basé sur une consommation totale de 4 500 couches jetables et de 24 couches  lavables.

Conseils pour passer à l’action :

Voir cette vidéo de démonstration La Maison des Maternelles.

Il vous faudra un minimum de 15 couches, mais une vingtaine de couches vous permettra un roulement optimal. Privilégiez la fibre de bambou, cultivée sans produit chimique, elle permet une absorption maximale.

Juicy Bumbles – Pack de 6 couches lavables en bambou, taille unique – 60€
6 couches ajustables ; 6 inserts en bambou ; 1 rouleau de 100 lingettes en bambou ; 1 sac de transport waterproof 2 poches

Avant la 1ère utilisation, tremper 12 heures dans l’eau froide et laver ensuite plusieurs fois afin de gonfler les fibres pour maximiser l’absorption et empêcher le rétrécissement des tissus. Pour l’entretien, pas de savon de Marseille ni d’adoucissant.

Pour aller plus loin :
ADEME – Direction régionale Bretagne – La couche lavable, l’essayer c’est l’adopter

Les indispensables pour déjeuner zéro déchet à l’extérieur

En France, 25 tonnes de déchets sont produites chaque seconde. Un français produit en moyenne 1,65 kg de déchets par jour. La seule enseigne Starbucks utilise chaque année 4 milliards de gobelets non recyclables !

Pour vous aidez à réduire quantité de déchets du quotidien intitules, on vous a préparé une petite sélection d’objets à toujours avoir sous la main 🙂

1. La gourde
Klean Kanteen® Classic Sport 532 ml & 800 ml – à partir de 18,50€

2. Le mug isotherme
Klean Kanteen® Wide Vacuum Insulated 355 ml – 31€ & Bodum mug de Voyage à vis hermétique 350 ml – 15€

 

 

 

 

 

3. Les couverts
Set de couverts (couteau, fourchette, cuillère, 2 baguettes et 1 paille) – 19,40€

 

 

 

 

 

4. Les serviettes en coton
12 serviettes de table en coton – 16€

 

 

 

 

5. Les emballages en cire d’abeille
Bee Wrap (Sandwich, viennoiserie…) – 19€

6. Les sacs vrac & légumes
Sacs en coton pour les achats vrac et légumes (3 S; 4 M ; 3 L ; 1 Sac de Rangement) – 31,30€

 

 

 

 

 

 

7. Les pailles en inox
Lot de 8 pailles en Acier Inoxydable avec Brosse de Nettoyage et Sac de Transport – 15,30€

D’autres produits dans La boutique.

Recommandation de lecture

Zéro Déchet – Béa JOHNSON – 7,60€
Famille presque zéro déchet – Jérémie PICHON & Bénédicte MORET – 15€
Les Zenfants zéro déchet – Jérémie PICHON & Bénédicte MORET – 13,90€

 

#17 – J’arrête le shampoing en bouteille

Des économies pour la planète

174 millions de bouteilles de shampoing sont vendues en France chaque année, un marché qui représente un chiffre d’affaires de 495,3 millions d’Euros en 2017.

On estime que rien qu’aux Etats-Unis, 552 millions de bouteilles de shampoing échappent au recyclage chaque année.

Les shampoings sont essentiellement constitués d’eau (entre 70% et 90%), mais également de produits plus ou moins toxiques (voir le comparatif des substances toxiques UFC Que Choisir). L’ensemble de ces molécules chimiques s’accumulent dans notre corps, mais se répandent également dans l’écosystème et polluent l’environnement et notre chaîne alimentaire.

On considère qu’en moyenne, un shampoing solide permet de remplacer 3 bouteilles de 250 ml.

Des économies pour le porte-monnaie

En moyenne les français se lavent les cheveux 3 fois par semaine et le prix d’une bouteille de shampoing est de 3,10€, soit un coût annuel de 18,60€.

Avec un ratio de 3 bouteilles pour 1, le shampoing solide ne vous coûtera pas moins cher si vous vous le procurez dans le commerce. Les 55 grammes sont vendus 10€ chez Lush & Lamazuna et 12,50€ pour un pain de 65 grammes chez Pachamamaï.

Cependant voici une excellente nouvelle : il est facile à fabriquer et son coût avoisine les 2€ l’unité.

Voici quelques recettes pour fabriquer vos shampoings solides maisons :

Cheveux fins (1,90€)
Réparation intense (2,40€)
Anti-jaunissement pour cheveux blonds (2,40€)
Fortifiant (2,30€)
Nourrissant (1€) 

Les Petits Calculs (Savants)

Infographie #17.jpeg
Calculs basés sur 155 lavages/an soit une consommation de 6 bouteilles de shampoing et de 2 shampoings solides. (30 utilisations par bouteille de shampoing ; 90 utilisations pour un shampoing solide de 55g et 100 utilisations pour 65g).

 

 

#16 – Je diminue de moitié mon gaspillage alimentaire!

Photo #16.jpeg

Des économies pour la planète

Chaque année, on jette 10 millions de tonnes de produits alimentaires rien qu’en France. C’est 1,8 milliard de tonnes dans le monde, soit 1/3 des aliments que nous produisons.

Derrière ces chiffres astronomiques se cache un autre gâchis : celui de l’épuisement de nos ressources naturelles (eau…). L’impact du gaspillage alimentaire sur l’environnement est énorme, en France, son empreinte carbone serait de 15,5 millions de tonnes d’équivalent CO2 par an, soit 36% des émissions nationales de gaz à effet de serre.

Des économies pour le porte-monnaie

On estime les conséquences économiques directes du gaspillage alimentaire à 750 milliards de dollars par an dans le monde, soit l’équivalent du tiers de notre PIB national.

En France, le coût du gaspillage représenterait 16 milliards d’euros par an. Selon l’ADEME, les pertes et gaspillages au stade de la consommation représentent environ 108 € par an et par personne et s’élèvent à 240 € par an et par personne si l’on considère l’ensemble des pertes et gaspillages générés tout au long de la chaîne.

Les Petits Calculs (Savants)
Infographie #16
Chiffres ADEME

Conseils pour faire des économies :
Voir la vidéo de l’ADEME – Impacts et actions de réduction du gaspillage alimentaire d’un ménage. Ce ménage gaspille 465€ de nourriture par an, la mise en place de gestes simples a permis de réduire ce gaspillage de 52%.   

Les publications de France Nature Environnement sur le gaspillage alimentaire 

La méthode de France Nature Environnement se déroule comme suit :
1ère phase : la mobilisation. L’adhésion et l’implication des acteurs concernés est en effet un ingrédient indispensable à la réussite d’une démarche de réduction du gaspillage alimentaire.

  • 2ème phase : l’observation. Observer finement ses pratiques et peser le gaspillage à chaque étape permet dans un premier temps de mieux comprendre les sources de gaspillages et leur ampleur.
  • 3ème phase : les solutions. Les principaux postes et raisons étant identifiés dans la phase d’observation, les acteurs imaginent et mettent en place des solutions adaptées à leur façon de gaspiller.
  • 4ème phase : calculer et recommencer. Nouvelles pesées, nouvelles mesures… les solutions mises en place permettent d’évaluer ses progrès. Le tout est de ne pas s’arrêter là mais de suivre et d’adapter sa démarche au fil du temps.

Pour aller plus loin :
ADEME – Pertes et Gaspillages alimentaires : l’état des lieux et leur gestion par étapes de la chaîne alimentaire – Mai 2016
France Nature Environnement – Gaspillage alimentaire : définition, enjeux et chiffres

 

#14 – J’arrête les rasoirs jetables!

Photo #14 - Graphisme

Des économies pour la planète

Chaque année, la société Bic vend 2,6 milliards de rasoirs jetables dans le monde.  Depuis le début de ses activités en 1975, elle en a écoulé plus de 60 milliards. Un business très lucratif qui a rapporté 115 milliards d’euros en 2017 (+4,8%).

Désormais rien qu’aux Etats-Unis, 2 millions de rasoirs non-recyclables sont jetés chaque jour.

Pourtant une solution durable existe : le rasoir de sûreté en inox. Il s’agit d’un rasoir qui, s’il est bien entretenu, peut être conservé toute une vie.

Des économies pour le porte-monnaie

En considérant qu’un rasoir jetable est utilisé 7 fois avant d’être jeté (1 rasoir par semaine), le budget annuel pour un prix unitaire de 40 centimes s’élève donc à 20,80€ par an. Il peut très vite augmenté si l’on monte en gamme (jusqu’à 1,80€/unité).

On trouve de très bons rasoirs de sûreté en inox à partir de 11€, un modèle qu’on préférera cependant pour les femmes ou pour les hommes qui se rasent peu. Pour le rasage régulier, il est conseillé d’investir environ 44€. Le site Sin Plastico propose plusieurs modèles, il donne également les conseils pour l’utilisation.

En complément, un paquet de 10 lames est vendu 1,30€, notez que bien nettoyées et séchées, elles  durent beaucoup plus longtemps que les lames des jetables.

Petits Calculs (Savants) :
Infographie #14-H (2)Calculs basés sur une consommation annuelle de 52 rasoirs jetables au prix unitaire de 0,40€.

Pour les femmes, en ce basant sur une consommation annuelle de 17 rasoirs (1 toutes les 3 semaines), et sur un prix d’achat de 17€ pour le rasoir de sûreté, l’économie réalisée au bout de 20 ans est de 109€ (soit 340 rasoirs).