#16 – Je diminue de moitié mon gaspillage alimentaire!

Photo #16.jpeg

Des économies pour la planète

Chaque année, on jette 10 millions de tonnes de produits alimentaires rien qu’en France. C’est 1,8 milliard de tonnes dans le monde, soit 1/3 des aliments que nous produisons.

Derrière ces chiffres astronomiques se cache un autre gâchis : celui de l’épuisement de nos ressources naturelles (eau…). L’impact du gaspillage alimentaire sur l’environnement est énorme, en France, son empreinte carbone serait de 15,5 millions de tonnes d’équivalent CO2 par an, soit 36% des émissions nationales de gaz à effet de serre.

Des économies pour le porte-monnaie

On estime les conséquences économiques directes du gaspillage alimentaire à 750 milliards de dollars par an dans le monde, soit l’équivalent du tiers de notre PIB national.

En France, le coût du gaspillage représenterait 16 milliards d’euros par an. Selon l’ADEME, les pertes et gaspillages au stade de la consommation représentent environ 108 € par an et par personne et s’élèvent à 240 € par an et par personne si l’on considère l’ensemble des pertes et gaspillages générés tout au long de la chaîne.

Les Petits Calculs (Savants)
Infographie #16
Chiffres ADEME

Conseils pour faire des économies :
Voir la vidéo de l’ADEME – Impacts et actions de réduction du gaspillage alimentaire d’un ménage. Ce ménage gaspille 465€ de nourriture par an, la mise en place de gestes simples a permis de réduire ce gaspillage de 52%.   

Les publications de France Nature Environnement sur le gaspillage alimentaire 

La méthode de France Nature Environnement se déroule comme suit :
1ère phase : la mobilisation. L’adhésion et l’implication des acteurs concernés est en effet un ingrédient indispensable à la réussite d’une démarche de réduction du gaspillage alimentaire.

  • 2ème phase : l’observation. Observer finement ses pratiques et peser le gaspillage à chaque étape permet dans un premier temps de mieux comprendre les sources de gaspillages et leur ampleur.
  • 3ème phase : les solutions. Les principaux postes et raisons étant identifiés dans la phase d’observation, les acteurs imaginent et mettent en place des solutions adaptées à leur façon de gaspiller.
  • 4ème phase : calculer et recommencer. Nouvelles pesées, nouvelles mesures… les solutions mises en place permettent d’évaluer ses progrès. Le tout est de ne pas s’arrêter là mais de suivre et d’adapter sa démarche au fil du temps.

Pour aller plus loin :
ADEME – Pertes et Gaspillages alimentaires : l’état des lieux et leur gestion par étapes de la chaîne alimentaire – Mai 2016
France Nature Environnement – Gaspillage alimentaire : définition, enjeux et chiffres

 

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s